Κυριακή, 17 Σεπτεμβρίου 2017

EN RÉPONSE À LA VISITE DU PRÉSIDENT FRANÇAIS À ATHÈNES* par Maria Negreponti-Delivanis, 17.09.2017

EN RÉPONSE À LA VISITE DU PRÉSIDENT FRANÇAIS À ATHÈNES*


Emmanuel Macron, en tant que visiteur dans notre pays la semaine passée, s'est montré agréable dans sa communication, cultivé mais également fier car il se passionne pour l'histoire de la Grèce antique, comme cela arrive avec les Français éduqués.
Cherchant des problèmes (comme il est d'usage) relativement à cette visite, je m'empresse de souligner que du côté du président Français il n'y en a pas, mais je n'en dirai pas autant concernant les dirigeants Grecs. Le gouvernement, et aussi dans une large mesure l'opposition, espéraient beaucoup de cette visite, et curieusement, à sa suite, ont affiché une satisfaction extrême et absolument injustifiée. Voyons, donc, ce que le président Français a apporté à la Grèce avec son discours, et quelle aurait dû être la réponse du gouvernement, et pourquoi pas de l'opposition aussi, ce qui malheureusement n'a pas été le cas.

A. Le discours
Le discours de monsieur Macron, si l'on met de côté ce qui avait rapport aux grandes réalisations de nos ancêtres et aussi la tentative fort appréciée de saluer en grec, était général et ne comportait aucune promesse précise relativement à l'allègement des souffrances infligées par l'UE depuis quelque 8 années à la Grèce. Bien entendu, le président Français a parlé du martyr enduré par les Grecs, mais si je ne me trompe, j'ai discerné une certaine note à l'adresse de notre gouvernement, prenant soin de convaincre le peuple de la nécessité de ces souffrances et prétendant que celles-ci lui sont bénéfiques.
Monsieur Macron était parfaitement clair, tout comme l'est d'ailleurs le ministre des Finances Allemand, sur le fait qu'un "allègement de la dette" est hors de question avant l'achèvement des "réformes". Pour monsieur Macron, qui non seulement est un des élus des banquiers internationaux mais, comme il le déclare à chaque occasion, est un libéral, les "réformes" constituent le vaisseau amiral de sa cosmothéorie. Sachant que notre monde dispose de deux systèmes macroéconomiques, le libéral et l'interventionniste, son choix n'est en aucun cas répréhensible. Il est, bien évidemment, nécessaire d'ajouter que le fonctionnement normal des économies demande que ces deux systèmes soient associés dans leur mise en œuvre, et non que l'un s'impose dogmatiquement en excluant l'autre. Il aurait en cela été intéressant que monsieur Macron donne quelques précisions quant au genre de ces "réformes" que lui-même et le ministre Allemand des Finances estiment qu'elles sont la condition préalable à la "sortie de cette mauvaise passe" de notre pays. Il est vrai que personne du côté du gouvernement ou de l'opposition, pas plus que du côté de "nos partenaires" n'a jamais jugé nécessaire, tout au long de ces 8 années dramatiques, de nous informer du contenu de ces "réformes" mythifiées, de ce que l'on e n attend exactement et de leur échéance. Car il est clair que mentionner simplement des réformes, sans en déterminer le contenu, n'a aucun sens. Concernant la Grèce, on sait que dès le début de la crise les "réformes", qui en réalité ne sont pas des réformes, se limitent premièrement à la suppression totale de toutes les améliorations acquises par les luttes sociales durant les 200 dernières années dans l'environnement barbare du marché du travail, et deuxièmement au bradage massif de la Grèce tout entière. Les Français, bien sûr, et tout particulièrement monsieur Macron, économiste, savent parfaitement que cela ne relève pas de la catégorie des "réformes", comme cela est largement enseigné dans les facultés françaises d'économie. Ils savent également que l'appauvrissement des travailleurs donne, au-delà des résultats sociaux, des résultats économiques pitoyables, et aussi que le bradage des ports et des aéroports, de l'eau, de l'électricité et en général des services sociaux sensibles de l'État ne figure pas au chapitre des réformes, et qu'il n'est pas souhaitable mais plutôt dangereux à tout point de vue. Par contre, une série de vraies réformes existe, dont la Grèce a urgemment besoin, mais qui n'intéressent pas nos partenaires.
Un autre point du discours du président Français souligne l'importance de l'Europe, sa cohésion qui doit être sauvegardée à tout prix, afin qu'elle joue le rôle important qui lui appartient sur la scène économique et politique internationale, et où il va de soi que la présence de la Grèce est absolument indispensable. Dans le même temps, il a reconnu (indirectement mais clairement) que cette Europe doit changer (car manifestement elle est minée par de multiples problèmes) et se fédéraliser, en se dotant, comme principal représentant, d'un ministre des Finances européennes. L'idée, cela va sans dire, n'est pas nouvelle, puisque les européistes y ont pensé afin de calmer les réactions des citoyens européens, parmi lesquels le nombre des eurosceptiques a dépassé le nombre de ceux qui acceptent la poursuite de l'Europe unie. Cependant, hormis le fait que cette vision à long terme a été fort justement qualifiée par le journal allemand Die Welt, au lendemain du discours du président Français, d' "utopie naïve", il y a dans cela une pointe empoisonnée que monsieur Macron n'a pas hésité à saisir, et qui plus est dès le premier instant de son entrée en fonction, provoquant de nombreuses réactions à l'étranger (mais curieusement, pas en Grèce), et qui concerne la refondation de l'Europe, laquelle est constituée d'États membres égaux (selon le principe de sa convention fondatrice), en vue d'une Europe à plusieurs vitesses. Je me demande si les membres de notre gouvernement, qui, avec un enthousiasme si émouvant, ont parlé de l'Europe et du maintien coûte que coûte en son sein de la Grèce, ont également accepté, sans hésitation aucune, le fait que notre pays soit la cinquième roue de la charrette européenne.
Il est naturel et tout à fait compréhensible que le président Français serve les intérêts de son pays comme il l'entend, et que par conséquent, il évite de prendre des positions ou de faire des promesses qui pourraient lui causer des problèmes vis-à-vis de l'Allemagne. Le renouveau de l'axe franco-allemand est au centre des efforts de redressement du régime vacillant en Europe. Or, cette position, ou plutôt la position de nos hommes politiques, est, que l'on me permette ce qualificatif, incompréhensible. En deux mots, la blessante position tributaire du gouvernement grec, renforcée aussi par son enthousiasme, qu'on ne peut raisonnablement expliquer, à l'égard de ce qui a été dit par monsieur Macron, est hélas la preuve qu'il a accepté l'état de COLONIE européenne.

B. Ce que voudraient entendre les Grecs de la part de leurs dirigeants en réponse à Emmanuel Macron
"Cher monsieur le Président de cette grande amie la France,
Nous sommes extrêmement heureux de vous accueillir en Grèce, et sensibles au fait que vous avez choisi notre pays, vous et votre épouse, pour une de vos premières visites officielles à l'étranger. Nous vous considérons comme un ami de notre pays, c'est pourquoi, au-delà des compliments et des conventions, nous allons vous parler avec sincérité du drame inacceptable que vit notre peuple depuis 8 ans, avec la conviction que vous le transmettrez, de la manière que vous choisirez vous-même, aux autres partenaires.
Pour commencer, nous sommes d'accord avec vous sur le fait qu'il serait dommage que l'Europe se disloque et que l'euro, en dépit de ses problèmes, doit être sauvé (si cela est possible, évidemment). C'est pourquoi l'Europe doit fondamentalement changer et se tourner vers ses peuples, et non vers plus de bureaucratie, d'élitisme et de réduction de la démocratie. La tâche est difficile, aux limites peut-être de l'irréalisable. Nous espérons que vous y parviendrez. Mais d'ici là, la Grèce ne peut attendre, car elle croule sous le poids insupportable de mémorandums qui ne mènent à rien et de quasi-réformes qui l'appauvrissent chaque jour davantage. N'écoutez pas, monsieur le Président, ce qu'il nous arrive d'affirmer pour apaiser la colère justifiée de nos compatriotes. La Grèce ne va pas, et ne peut aller mieux. En réalité, le chômage augmente, mais il est dissimulé par les chômeurs de longue durée qui, dépités, ont cessé de rechercher un emploi, par les milliers de jeunes qui sont partis pour trouver un sort meilleur loin de la Grèce, et surtout par l'extension des formes de travail précaire où figurent aussi ceux qui travaillent 1 ou 2 heures par semaine et sont quand même considérés comme ayant un emploi. Par ailleurs, vous êtes vous aussi un économiste et par conséquent vous savez que la croissance, aussi désirée soit-elle, ne peut en aucun cas se faire dans une économie où toutes, toutes sans exception aucune, les propensions à la croissance ont sombré. Je n'en citerai qu'une seule qui est amplement suffisante, à savoir la demande concernant les produits alimentaires de base, en baisse constante ces dernières années. Et en dépit de l'appauvrissement des travailleurs, dont une large part travaille pour 200 ou 300 euros par mois, souvent 10 à 12 heures par jour, et en dépit du fait que le marché du travail (du fait des "réformes") s'est transformé en jungle, nos partenaires exigent que cela continue, et qui plus est, ils ont fortement réagi au fait que la nouvelle ministre du Travail a tenté de faire passer dans un récent projet de loi quelques améliorations, du reste tout à fait marginales. Les impôts de toute sorte, résultante d'une imagination enflammée, pompent dans l'économie les liquidités jusqu'à la dernière goutte, achevant l'œuvre inhumaine de la ponction complètement démesurée des excédents primaires exigés par nos partenaires. Les réductions drastiques des salaires et des retraites se poursuivent résolument. Les hôpitaux publics manquent de personnel, de médicaments de base et de gazes. Le nombres des entreprises qui mettent la clé sous la porte est largement supérieur à celui des créations d'entreprise. Oublions donc (entre nous maintenant) la croissance car l'évoquer, compte tenu des conditions qui prévalent en Grèce, est la démonstration d'un manque total de sérieux.
Or, sans croissance, il est impossible de rembourser cette dette colossale, même pas en l'an 3000. Et il va de soi que jusqu'à ce qu'elle en rembourse 75 %, la Grèce sera sous supervision, toujours soumise à une quelconque forme de mémorandum. Par conséquent, monsieur le Président, ne prenez pas au sérieux ce que nous affirmons, à savoir que notre sortie sur les marchés est censée nous assurer la fin des mémorandums. Au contraire même, nous paierons alors beaucoup plus cher les emprunts... mais que faire, le peuple a besoin d'espérer, peu importe si ces espoirs sont vains.
Partageons donc, monsieur le Président, votre enthousiame pour l'actuelle et pour la nouvelle Europe, et tâchons pour l'heure de ne pas entrer en conflit avec la zone euro, quoique dans notre cas, ce serait nécessaire. Vous admettrez néanmoins que nous avons déjà fait d'indicibles sacrifices compte tenu de la taille et des capacités de notre petite Grèce, afin de sauver les banques françaises et allemandes et pour que l'Europe ne se disloque pas. Des sacrifices qui ont détruit une nation entière et qui ont exterminé un peuple entier. Mais maintenant, la fin du monde est arrivée et nous, l'UE et pour lui faire plaisir nous aussi, ne pouvons plus nous moquer du peuple grec qui est au supplice et agonise. L'UE, ne serait-ce que sans le FMI, doit assumer ses responsabilités, et cesser d'imposer à la Grèce des programmes et des mesures dont ELLE SAIT (tout comme nous) que non seulement ils sont tout simplement voués à l'échec, mais aussi qu'ils achèvent sa destruction. De toute évidence, vous le savez bien, monsieur le Président, depuis le début de la crise et constamment, on nous impose des programmes erronés et sans issue, lesquels ne sont pas révisés pour que nul n'ait ainsi à reconnaître son erreur, j'entends celle des partenaires européens et du FMI. Cette erreur criminelle est néanmoins continuellement pointée du doigt par certains dignitaires isolés de l'UE et du FMI, mais malgré cela, on s'y accroche, portant désormais atteinte à la survie même de la Grèce.
Cette tromperie permanente n'est pas conforme au peuple français historique, n'est pas conforme à la Démocratie qui, comme vous l'avez dit, est née sur la colline du Pnyx, ne sert aucunement l'Europe. Car tôt ou tard, le peuple grec, qui est prêt et qui n'a plus rien à perdre, va se soulever. Vous savez en outre que des économistes renommés, parmi lesquels des Français (citons par exemple le professeur Gérard Lafay) ont pris une position très claire, analysant dans des livres et maints articles (ce qui d'ailleurs est l'évidence même), comment et pourquoi les mémorandums et les "réformes" détruisent la Grèce au lieu de la sauver.
Alors, si vous voulez sauver l'UE de la dislocation certaine vers laquelle elle va, nous vous demandons d'être notre précieux ambassadeur et de faire comprendre à nos partenaires pourquoi il est urgent de réviser en profondeur les plans européens pour la Grèce. Mais encore, pourquoi il faut cesser d'encourager la nécessité de réaliser des quasi-réformes, vides de contenu, et pourquoi des réformes adéquates doivent être étudiées sérieusement, grâce auxquelles l'économie grecque pourra vraiment s'améliorer, en se basant sur sa croissance et non sur sa contraction.
Résumons, monsieur le Président. Pour la Grèce, c'est la capacité de croissance (rendue impossible par les des mémorandums et les "réformes") qui compte infiniment plus que n'importe quelle forme d'allègement de la dette. Si cette dette est libérée de ses parts odieuse et onéreuse, et que l'on permet à la Grèce de se développer, nous n'aurons pas besoin d'emprunts, de mémorandums, de négociations interminables et autres violences de cette sorte. Avec un rythme de croissance annuel de 3,5 %, que nous pouvons tout à fait atteindre, avec le temps, nous paierons notre dette.
Une solution sincère au problème de la Grèce est maintenant plus urgente que jamais, car il n'est plus possible de continuer indéfiniment ces histoires sur la croissance... coucou la voici, coucou la voilà.
Et puis, monsieur le Président, comprenez que dans cette nouvelle Europe à plusieurs vitesses que vous imaginez, ne serait-il pas absurde que la poursuite des sacrifices mortels que vous nous demandez ait comme contre-poids un état de servitude qui appartient aux temps anciens?

Merci de votre attention,

Maria Negreponti-Delivanis
ancien recteur de l'université de Macédoine - Thessalonique, Grèce
présidente de la fondation Delivanis

*Un certain nombre de points soulignés dans cet article ont fait l'objet d'une discussion dans l'émission de Konstantinos Wills du 09.09.2017.


2 σχόλια:

  1. Kyriakouli Εάν Εσύ Εκπροσωπής Τα Συμφέροντα ΤΟΥ ΕΛΛΗΝΙΚΟΥ ΛΑΟΥ ΤΗΣ ΧΩΡΑΣ ΤΩΝ ΕΛΛΗΝΩΝ ΤΌΤΕ ΕΓΩ ΕΙΜΑΙ .... ΤΟΥΡΚΟΜΟΓΓΟΛΟΣ!!!!

    Ο Κύριος... Χαμμένος σε σχέση μαζί Σου ΕΙΝΑΙ ΑΚΡΟΣ ΑΡΙΣΤΕΡΟΣ!!!!

    Ο ΜΟΝΤΕΡΝΟΣ ΝΑΖΙΖΟΦΑΣΙΣΜΌΣ ΣΗΜΕΡΑ ΔΕΝ ΚΟΥΒΑΛΑ (για ευνόητους λόγους) ΤΗΝ Σβάστηκα!!!

    Η ΔΕΞΙΑ ΕΙΝΑΙ Η ΚΑΤΑΡΑ ΤΗΣ ΧΩΡΑΣ ΜΟΥ!

    Η ΔΕΞΙΑ ΕΙΝΑΙ Η ΠΗΓΗ ΤΗΣ ΑΠΟΙΚΙΟΚΡΑΤΙΑΣ!!!

    Η ΔΕΞΙΑ ΚΑΙ Η ΔΕΞΙΑ ΠΟΛΙΤΙΚΗ ΕΙΝΑΙ ΤΟΥ Yes Man!!!

    STO DIAOLO ME THN DEXIA - ΣΤΟΝ ΔΙΑΟΛΟ ΜΕ ΤΗΝ ΔΕΞΙΑ ΚΑΙ ΔΕΞΙΑ ΠΟΛΙΤΙΚΗ ΔΙΟΤΙ ΕΙΝΑΙ ΑΝΘΕΛΛΗΝΙΚΗ ΚΑΙ ΕΘΝΟΠΡΟΔΟΤΙΚΗ !!!!!

    Kyriakouli and Alex Δεν ΘΑ ΚΑΝΕΤΑΙ ΤΗΝ ΧΩΡΑ el dorado!!!

    ΣΑΣ ΤΟ ΥΠΟΣΧΟΜΑΣΤΑΙ ΜΕ ΤΟ ΑΙΜΑ ΜΑΣ !!!

    Η ΕΛΛΑΔΑ ΑΝΗΚΕΙ ΣΤΟΥΣ ΈΛΛΗΝΕΣ!!! ΕΜΕΙΣ ΤΟ ΥΠΟΓΡΑΦΟΥΜΑΙ ΜΕ ΤΟ ΑΙΜΑ ΚΑΙ ΤΗΝ ΖΩΗ ΜΑΣ!!!

    ΑπάντησηΔιαγραφή
  2. Φίλε Κώστα Μπακογιάννη!

    Ξεκινάς από λάθος βάση και Δεδομένα Επιστημονικά και Αυτό Εκπλήσσει!

    Ο Φασισμός Είναι Μορφή Ιδεολογίας και Πολιτικής Του Κεφαλαίου Του Καπιταλιστικού Συστήματος! Απλά: Το Κεφάλαιο (Καπιταλισμός) ΔΕΝ Είναι Ηθική "Λέσχη" Του "Αγαπάται Αλλήλους" Αλλα (το είπε στην ΔΕΘ με άλλα λόγια ο Kyriakoulis) Ζούγκλα Αγρίων Ζώων και σε Ανθρώπινη Κοινωνία Μεταφράζεται τόσο Πολιτικά Κοινωνικά όσο και Επιστημονικά ονομάζεται... ΦΑΣΙΣΜΟΣ!!! Στον Φασισμό Δεν Υπάρχει ΗΘΙΚΗ όπως και στον Καπιταλισμό!!! Το Ότι Η Εκκλησία Της Ελλάδος δεν έβαλε τα χέρια και πόδια του Kyriakouli σε ένα παπούτσι δεν μας εκπλήσσει! Διότι και το NSDAP (Εθνικοσοσιαλισμός/Ναζί/33-45) επέβαλε τον Εκκλησιαστικό Αναγκαστικό Φόρο στους .... Εργαζόμενους σε όλη την Γερμανία!!! Και Έτσι Το "Βούλωσε" τόσο η Επίσημη Εκκλησία Της Γερμανίας όσο και Το Βατικανό (διότι ένα μέρος των φόρων από Γερμανία πήγεναι στο Βατικανό!!!)!!!

    Αλλά Αυτά μπορεί να τα βρείς και στα βιβλία του Πατέρα Σου Του Παύλου!

    Το ίδιο Σύστημα που Δολοφόνησε Τον ΦΥΣΣΑ το Ίδιο Σύστημα Δολοφόνησε Τον ΠΑΥΛΟ και Το ίδιο Τον Ιταλό Aldo Moro!!!


    Σου Συνιστούμε να διαβάσεις το βιβλίο του Πατέρα Σου στα γερμανικά (να στο μεταφράση ο Kyriakoulis ή η μάνα σου) Militärherrschaft in Griechenland!!!

    ΑπάντησηΔιαγραφή